//
Bonne lecture!
Agriculture

La France « obligée » de cultiver des OGM ? Ou comment une manipulatrice se place en victime


Depuis hier, un vent de panique souffle sur la France et ses citoyens anti-OGM. D’ici quelques mois (février ou mars selon les prochaines semences), il se pourrait que la culture du maïs génétiquement modifié MON810 de Monsanto soit à nouveau autorisée sur le sol français.

Le Conseil d’Etat a en effet annulé hier la clause de sauvegarde contre la culture d’OGM, que la France avait invoquée en 2008. A cette époque, le gouvernement s’était positionné contre la culture d’OGM afin d’éviter des « risques pour l’environnement ». Dans son annulation du 28 novembre 2011, le Conseil d’Etat invoque le manque de « preuve de l’existence d’un niveau de risque particulièrement élevé pour la santé ou l’environnement ». Le Cour de Justice Européenne a déjà, elle aussi, menacé la France pour la non validité juridique de sa clause de sauvegarde. Réaction du gouvernement ? De vagues promesses. Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno le Maire se sont exprimés et ont assuré que la France demanderait une nouvelle clause de sauvegarde sur le maïs génétiquement modifié de Monsanto.

Osons penser le pire et posons les vraies questions :

  • Le MAAPRAT (Ministère de l’Agriculture de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire) n’est pas innocent. Il savait qu’en demandant une clause de sauvegarde, celle-ci n’aurait pas de validité sur le long-terme si l’on n’apportait pas la preuve du risque environnemental de la culture d’OGM. Or, a-t-il fourni une étude indépendante et transparente sur les réels impacts des OGM ? Non. La seule étude dont la France dispose a été réalisée par le groupe Monsanto lui-même et aucune étude contradictoire n’a encore vu le jour. L’argent de la recherche va là où l’on veut bien qu’il aille…
  •  La menace de la Cour de Justice Européenne au mois de septembre 2011 aurait dû tirer la sonnette l’alarme. Ce ne fut pas le cas.
  •  M. Bruno le Maire, Ministre de l’Agriculture, semble avoir un comportement contradictoire : il assure que la France ne veut pas cultiver d’OGM sur son territoire et promet la mise en place d’une seconde sauvegarde. Mais dans le même temps, il bloque au sein du Conseil de l’UE (Conseil des Ministres) le rapport de l’eurodéputée Corinne Lepage sur la réforme de la directive sur les OGM proposant que les Etats membres de l’UE puissent interdire les cultures d’OGM sur leur territoire (voir article «Accord surprenant du Parlement Européen sur les OGM»). Ce rapport, adopté au Parlement Européen en première lecture au mois d’avril 2011, est aujourd’hui en attente d’approbation du Conseil. S’il était en vigueur aujourd’hui, la France n’aurait eu qu’à l’invoquer pour être en droit de ne pas cultiver d’OGM sur son territoire. Alors pourquoi Bruno le Maire ne fait-il pas pression au sein du Conseil pour que soit adopté ce rapport, qui n’est d’ailleurs pas juridiquement contraignant pour les Etats membres ?
  • Un moratoire n’est pas un instrument juridique à prendre à la légère. Lorsqu’un gouvernement demande un moratoire, il apporte tout ce qu’il est en mesure d’apporter pour le conserver.

La position du gouvernement est ainsi très (trop) floue pour être crédible.

Si le gouvernement ne fournit pas de réponse crédible au Conseil d’Etat d’ici février ou mars, les producteurs de semences OGM vont s’empresser d’inonder le marché agricole et de convaincre les agriculteurs français de se mettre au « génétiquement modifié ». Au regard de la crise actuelle et de la réforme franchement pas appréciée de la Politique Agricole Commune (PAC) en 2014, il ne sera pas difficile de les persuader.

Mais la stratégie du gouvernement est peut-être là. Faire semblant de s’investir contre les OGM pour finalement accepter la défaite face aux méchants « Européens », et ensuite autoriser en douce la culture d’OGM en France. Faire croire à une simple erreur de justice. Et encore une fois, l’on rejettera la faute sur l’Europe. Et pourtant, l’enjeu est de taille. Car si le maïs MON810 est autorisé en France, cela marquera le début d’une longue histoire, et il sera impossible de revenir en arrière. Ci-dessus une carte des cultures OGM dans le monde. La France, bientôt dans le marron?

Image: http://www.alternatives-internationales.fr/ogm–comment-ils-conquierent-le-monde–introduction-_fr_art_842_43338.html
Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :